En voir plus

LP DEMERS

& BILL VORN (QC - CA)

INFERNO

BIO - LP DEMERS

Louis-Philippe Demers réalise des installations et des performances d'envergure. Il a participé à plus de soixante-dix productions artistiques et scéniques et a construit plus de 375 machines.

Les œuvres de Demers ont été présentées dans des lieux majeurs tels que le Théâtre de la Ville, Lille 2004, Expo 1992 et 2000, Sonambiente, ISEA, Siggraph et Sonar. Il a reçu six mentions et une distinction à Ars Electronica, le premier prix de Vida 2.0, des mentions à Vida 12.0 et 15.0, deux recommandations du jury au Japan Media Arts Festival, le prix Interactive pour Lightforms 98 et six prix pour Devolution dont deux Helpmann Awards. 

Demers est titulaire d'un doctorat en robotique de l'Université de Plymouth. Demers est maintenant professeur d'innovation créative et directeur du Creative Lab à la Queensland University of Technology

www.processing-plant.com

BIO - BILL VORN

Basé à Montréal, Bill Vorn est un artiste de l’automation œuvrant sur la scène internationale des arts électroniques depuis plus d'une quinzaine d’années. Ses projets d'installation et de performance utilisent la robotique, le contrôle de mouvement, le son, la lumière, la vidéo et les processus cybernétiques. Il poursuit ses recherches sur la Vie Artificielle à travers une démarche artistique basée sur "l'esthétique des comportements artificiels".
Titulaire d'un doctorat en communication de l'UQAM (Montréal) pour sa thèse sur la "Vie Artificielle comme média", il enseigne les arts électroniques au sein du département d'arts plastiques de l'université Concordia (programme Intermedia/Cyberarts) où il détient le poste de professeur titulaire.

INFERNO

Inferno est une performance robotique inspirée de la représentation des différents niveaux de l'enfer telle que décrite dans l'Enfer de Dante ou dans les Dix Cours de l'Enfer de Haw Par Villa de Singapour (qui est basée sur une représentation bouddhiste chinoise). Dans Inferno, le concept de "cercles de l'enfer" est principalement un cadre artistique, un thème de travail général sous lequel les différentes parties de la performance sont regroupées. On observe que sous ces deux représentations culturelles, chaque "niveau de l'enfer" correspond à une forme particulière de punition pour un péché particulier. Dans les nombreuses représentations de l'Enfer, les châtiments sont toujours portés sur le corps humain et non directement au niveau psychologique. La douleur atroce et aussi l'aspect éternel de la punition induisent cette dernière.

    La spécificité de cette performance réside dans le fait que les différentes machines impliquées dans le spectacle sont installées sur le corps du spectateur. Le public devient alors une partie active du spectacle. Parfois les spectateurs sont libres de bouger, parfois ils sont dans une position de soumission partielle ou totale, forcés par les machines à agir/réagir d'une certaine manière. Certains éléments mécaniques contraignent le spectateur à exécuter certains mouvements, d'autres provoquent une réaction physique de sa part. Pour cette performance d'environ une heure, nous avons construit 25 structures robotiques portables très similaires aux exosquelettes.

Produit avec l'aide :
Conseil des Arts du Canada
Coproduit avec ACREQ-ELEKTRA,

La Maison des Arts de Créteil, Arcadi (Paris)
Le Conseil des arts et des lettres du Québec

 

AUTRES ŒUVRES
COPACABANA
MACHINE
SEX
MEGA
HYSTERICAL
MACHINE

CONTACT

5445 de Gaspé Avenue

space 104, Montreal 

QC, Canada H2T 3B2 

514-524-0208

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram
  • Blanc Vimeo Icône

INFORMATION

INFOLETTRE

© ELEKTRA 1999 - 2018. Tous droits réservés