Matthew Biederman
Matthew Biederman
press to zoom

MATTHEW BIEDERMAN (QC - CA)

SERIAL MUTATIONS (Z-AXIS) v04

2019

GALERIE ELEKTRA

10 JUIN - 19 JUIN 2021 Montréal, Canada

Ouverture - 10 juin 2021

Cette oeuvre fait partie de la collection d'ELEKTRA et sera exposée en vitrine uniquement. 

BIO - MATTHEW BIEDERMAN

 

Matthew Biederman travaille depuis 1990 à travers les médias et milieux, architectures et systèmes, communautés etcontinents. Il crée des œuvres où la lumière, l'espace et le son se réfléchissent sur les subtilités de la perception. Depuis 2008, il est co-fondateur de l'initiative Arctic Perspective, avec Marko Peljhan qui travaille sur des projets dans toute la région circumpolaire. Il a été artiste en résidence dans diverses institutions et instituts, dont le Centre pour la télévision expérimentale à de nombreuses reprises, le laboratoire CREATE de la CMU, the Wave Farm et bien d'autres encore. Son travail a été présenté à : la Biennale de Lyon, la Biennale du design d'Istanbul, Musée de la photographie de Tokyo, ELEKTRA, MUTEK, la Biennale de Montréal (CA), la Biennale d'art numérique (CA), Biennale SCAPE (NZ) et la Biennale de Moscou (RU), parmi beaucoup d'autres. 

 

Biederman est actuellement représenté par Art45 / Sedition (en ligne) et vit et travaille à Montréal, au Québec.

  • Instagram

Custom Generative Software, 4K LCD Screen, Computer

SERIAL MUTATIONS (Z-AXIS) v04, 2019

Nous vivons dans un monde d'écrans, du téléphone au distributeur automatique de billets, en passant par les panneaux publicitaires. Lorsque l'image de synthèse est suffisamment puissante pour simuler à peu près tout sur un écran, on se demande où l'art médiatique peut trouver son point d'ancrage critique ? Pour Serial Mutations, c'est dans l'indétermination et le matériau de l'écran lui-même. Plutôt que de recréer une vision réaliste dans le cadre et l'espace de l'écran, Serial Mutations mets de l’avant la planéité de l'écran lui-même.

 

En utilisant le cube de Necker, Serial Mutations passe continuellement de la planéité à l'illusion de profondeur, mais ne se résout jamais complètement à l'un ou l'autre. En manipulant la couleur et la transparence, même les images plates semblent avoir de la profondeur, alors que les images du cube sont en fait plates. Les techniques anamorphiques en trompe-l'œil, très populaires aujourd'hui, sont bouleversées, amenant le spectateur à confronter sa propre compréhension de l'écran et de l’espace.

bande_logos_Physical.jpg