press to zoom

OLI SORENSON (QC-CA)

 

EDITION DIAMANT : PANORAMA DE L'ANTHROPOCENE

GALERIE ELEKTRA 
14 OCTOBRE - 11 DÉCEMBRE, 2021 Montréal, Canada

Ouverture - Jeudi, 14 octobre, 12-17H
Mardi – Samedi 12–17H

BIO 

 

Oli Sorenson fut initialement reconnu à Londres, où il a contribué à plusieurs évènements artistiques à l’Institute of Contemporary Art (2003-06), à Tate Britain (2006) ainsi qu’au British Film Institute (2008-10).

 

Il a établi un profil international avec ses interventions au ZKM (Karlsruhe, 2002), à ISEA (Helsinki, 2004), puis aux festivals Mapping (Genève, 2009) et Sonica (Ljubljana, 2012). Depuis qu’il s’est installé à Montréal en 2010, Sorenson a diffusé son travail à Power Plant (Toronto, 2014), FILE (Sao Paulo, 2015), Monitoring (Kassel, 2017), Art Mûr (Berlin, 2018) et Elektra (Montreal,2021).

anthropoBlanc.jpg

Édition diamant, Panorama de l'Anthropocène, 2021

 

Boucle video de 10 minutes sur 2 écrans Samsung 4K, 65po (165cm) diagonale

  • Instagram

Les oeuvres exposées sont également disponibles en version NFT ici

Grandement influencé par la culture du remix, le plus récent travail d'Oli Sorenson intitulé Panorama de l’Anthropocène rassemble une multitude de peintures, d'impressions numériques et d'animations composées de couleurs extrêmement vives. Ces œuvres fusionnent de nombreux genres esthétiques, évoquant autant la mise en page carrée d'Instagram que les paysages pixelisés de Minecraft et les toiles géométriques de Peter Halley. Alors que les tableaux de Halley dénoncent les contrôles sociaux dont parlait Michel Foucault dans son livre Surveiller et Punir écrit en 1975, Sorenson critique plutôt les infrastructures modulaires des sociétés post-industrielles, des réseaux informatiques aux marchés boursiers, aux systèmes de télécommunications, aux routes de fret maritime, aux sites miniers et à l'agriculture intensive, qui s'accumulent sur des étendues de terre et de mer de plus en plus grandes, au point de provoquer des crises écologiques urgentes. Pour sa plus récente production intitulée Édition diamant, Sorenson propose de nouvelles animations, impressions et œuvres NFT à la Galerie ELEKTRA venant de la même série, mais présentées sur des écrans inclinés pour simultanément citer les œuvres tardives de Piet Mondrian, et questionner les pulsions consuméristes des marchés capitalistes.